Ségur de la santé: le protocole d’accord lèse jeunes médecins

Ségur de la santé: le protocole d’accord lèse jeunes médecins

Les fins de carrière sont favorisées

Alors que le Ségur touche à sa fin, Jeunes Médecins et le syndicat APH ont été mis à la marge des dernières négociations. Le projet d’accord, tel qu’il est actuellement, pénalise les jeunes médecins au profit des fins de carrière.

“C’est n’importe quoi!” s’emporte Jacques Trévidic. Le président d’Action Praticiens Hôpital et Emanuel Loeb, président de Jeunes Médecins, n’ont reçu l’invitation pour participer à ce qui s’annonçait être l’ultime réunion de négociation du Ségur que quatre heure avant “Comme beaucoup d’entre nous sont provinciaux, nous étions pour la plupart dans les transports du retour”, explique Jacques Trévidic.

“Le ministre de la Santé Olivier Véran n’a pas voulu de négociation, il a convoqué une réunion au dernier moment”, analyse Emanuel Loeb, président de Jeunes Médecins. “On donc a fait un référé liberté avec APH”. “Nos organisations dénoncent cette parodie de dialogue social qui conduit de facto à écarter délibérément les organisations syndicales majoritaires chez les praticiens hospitaliers”, ont écrit Emanuel Loeb, Jacques Trévidic dans un communiqué commun. Le tribunal administratif de Paris a donc été saisi d’un référé liberté, avec pour but la tenue d’une dernière réunion joignant APH et Jeunes Médecins à la table des négociations.

“Il y a trois syndicats qui ont sacrifié les jeunes, qui ont manigancé ce protocole d’accord à savoir: le Snam-HP, la CMH, et INPH, pointe du doigt Emanuel Loeb. Ce protocole d’accord s’est fait sans la majorité et sans les jeunes. Ils en portent la responsabilité.”

Un projet d’accord au service des fins de carrière


Le projet d’accord prévoit la création de trois échelons pour les fins de carrière, “ce qui représente une enveloppe de 100 millions d’euros”, souligne Emanuel Loeb. “Si nous avions été là, nous aurions poussé la suppression d’un échelon supplémentaire en début de carrière, ou la valorisation de la permanence des soins, des gardes, du temps additionnel… Ce qui aurait été souhaitable, c’est une revalorisation globale des échelons”, estime de son côté le président d’APH. Pour Emanuel Loeb, c’est aussi l’inertie concernant les chefs de cliniques et les assistants qui cristallise l’impression d’avoir laissé les jeunes de côté au bénéfice des médecins en fin de carrière.

Autre point de crispation: l’indemnité d’engagement du service public, que les médecins en exercice mixte ne pourront pas toucher. “Il y a une valorisation de l’indemnité de service public exclusif qui bénéficie à tout le monde, sauf à ceux qui font l’exercice mixte. C’est contradictoire par rapport à la volonté de mettre en valeur l’exercice mixte”, note Jacques Trévidic. “C’est une enveloppe de 300 millions d’euros: si tout le monde fait de l’activité mixte, personne ne la percevra. Ca va juste amplifier la crise de l’hôpital public”, craint Emanuel Loeb.

En téléchargement, vous trouverez le protocole d'accord du Ségur tel qu'il est actuellement: Télécharger le document

Pas encore adhérent ?

Faites partie de la communauté des Jeunes Médecins

  • > Faites-vous entendre et participez au renouveau de la profession
  • > Profitez des offres et des avantages réservés aux adhérents
  • > Participez aux événements dans votre région