Les médecins dans la rue pour défendre l’hôpital public

Les médecins dans la rue pour défendre l’hôpital public

10.000 blouses blanches ont défilé à Paris

14/11/2019

Télécharger

Ce 14 novembre, les rues de Paris ont été envahies de blouses blanches qui ont manifesté pour la défense de l’hôpital public. Jeunes Médecins y était.

“L’hôpital est en crise, ça va très mal. On a plus de paramédicaux pour travailler, on a plus de médecins, les patients s’entassent et meurent aux urgences… C’est inadmissible!” En tête de cortège, sous des ballons blancs et des pancartes “hôpital en crise!”, la nouvelle présidente de Jeunes Médecins Île de France, Lamia Kerdjana, défile aux côtés des quelques 10.000 personnes venues de toute la France pour défendre l’hôpital public.

Ce 14 novembre, tous les syndicats représentatifs de la fonction hospitalière ont défilé à Paris. De Port-Royal jusqu’aux Invalides, les manifestants ont investi la rue à coup de slogans, de fumigènes, et de mégaphones. “L’hôpital public va mal parce qu’on a pas assez de personnel pour soigner nos patients”, fait valoir Mathieu Le Meledo, pneumologue. “Les médecins et les paramédicaux quittent l’hôpital public et on arrive pas à recruter. C’est pas normal une infirmière pour 14 patients!”

Le financement de l'hôpital dans le viseur


Principale cible de la colère des manifestants: le financement de l’hôpital. “L’hôpital public n’a pas vocation à faire des économies, à être rentable”, martèle Mathieu Le Meledo. “La cour des comptes recommande une augmentation de l’Ondam de 4.4% par an pour être à l’équilibre. Pour commencer à discuter, il faudrait qu’il soit à 4% minimum”, soutient le pneumologue, alors que l’Ondam du PLFSS prévu pour 2020 est fixé à 2.1%.

“Ce qu’on attend, c’est qu’on soit écouté dans nos revendications. Jusqu’à présent, on a toujours pas été reçu par le ministère pour entendre nos revendications”




Porté par le son des tambours et des grosses amplis, le cortège contenait également un bon nombre d’étudiants. Maxime Tournier, vice président de l’Anemf, y était. “Je représente les étudiants en médecine impliqués dans la manif, pour défendre un système de santé et revendiquer plus de droits et d’investissements dans l’hôpital public”, fait-il valoir. “On est impliqué dans le système de santé, et plus spécifiquement, dans nos formations et dans nos stages, voir nos droits d’étudiants plus respectés, en revalorisant par exemple nos salaires”.


Des médecins de toute la France


Plus largement, ce sont des médecins de toute la France qui se sont mobilisés. Comme Bastien Reister, infirmier aux urgences de Chambéry, venu avec toute une délégation de Savoie. Ou Florence, aide-soignante de Clermont-Ferrand. Un groupe de soignantes coiffées de bigoudènes se sont promenées avec des drapeaux bretons sous le bras. “Il y a beaucoup de monde, c’est beau. Ca me fait chaud au coeur”, s’émeut Lamia Kerdjana. “Il y a de tout, des gens de Paris, de province… il y a vraiment tous les soignants qui se sont déplacés!”

“Ce qu’on attend, c’est qu’on soit écouté dans nos revendications. Jusqu’à présent, on a toujours pas été reçu par le ministère pour entendre nos revendications”, regrette la présidente de Jeunes Médecins Île de France. “C’est un peu étonnant étant donné qu’il y a une fuite des jeunes médecins de l’hôpital public!”

Télécharger

Pas encore adhérent ?

Faites partie de la communauté des Jeunes Médecins

  • > Faites-vous entendre et participez au renouveau de la profession
  • > Profitez des offres et des avantages réservés aux adhérents
  • > Participez aux événements dans votre région